Grâce au soutien de l'OIF, Francophonie et Francophonu ne forment plus qu'un seul site internet!
francophonie francophonue

2015-12-20

128 travailleurs des media tués en 2015

Rapport annuel PEC

Pas de progrès dans la protection des journalistes sur le terrain: 128 travailleurs des media tués en 2015

Genève, 14 décembre (PEC) Aucun progrès n'a été accompli dans la protection des journalistes en 2015. Depuis janvier, 128 d'entre eux ont été tués dans 31 pays, a indiqué jeudi la Presse Emblème Campagne (PEC) dans son rapport annuel.

"2015 a encore été une année terrible pour les journalistes. Elle a commencé par la tuerie de Charlie Hebdo à Paris et la décapitation par le groupe Etat islamique du journaliste japonais Kenji Goto en Syrie", a affirmé le secrétaire général de la Presse Emblème Campagne (PEC) Blaise Lempen.

"La violence exercée à l'encontre des journalistes ne diminue pas. Il est révélateur que les quatre dernières années ont été les plus meurtrières de la décennie", a-t-il ajouté. 

Les conflits armés dans plusieurs pays du Moyen-Orient, la violence dans une demi-douzaine de pays d'Amérique latine et les assassinats commis par des éléments ou groupes terroristes ont été les principales causes de ce bilan élevé.

Plus de la moitié des victimes ont été recensées dans des pays en guerre, selon le décompte de la PEC. Une cinquantaine d'entre elles ont été tuées par des groupes armés non étatiques, des éléments terroristes ou des bandes criminelles organisées (Irak, Syrie, France, Libye, Somalie, Yémen, Mexique).

Pays les plus dangereux

Dix pays concentrent les deux tiers des 128 victimes de cette année. La Syrie a été le pays le plus meurtrier, avec 11 journalistes tués, devant l'Irak et le Mexique à égalité avec dix journalistes tués.

Suivent au 4e rang à égalité avec huit tués dans chaque pays: la France, la Libye et les Philippines. Au 7e rang se trouvent, avec sept victimes dans chaque pays: le Brésil, l'Inde, le Soudan du Sud et le Yémen.  A noter que le Soudan du Sud et le Yémen sont nouveaux dans la liste des dix pays les plus dangereux.

Suivent le Pakistan et la Somalie, avec six victimes dans chaque pays. Le Honduras est au 13e rang avec cinq tués, devant la Colombie (4) et l'Ukraine (4). Suivent le Guatemala (3), l'Afghanistan (2), les Etats-Unis (2). Au 19e rang à égalité se trouvent 13 pays dans lesquels une victime a été dénombrée: Arabie saoudite, Azerbaïdjan, Bangladesh, Burundi, Gaza (OPT), Ghana, Indonésie, Kenya, Mozambique, Paraguay, Pologne, République dominicaine, République démocratique du Congo.

Par région, le Moyen-Orient reste celle qui comporte le plus de risques, avec un total de 38 tués cette année. L'Amérique latine se trouve au 2e rang avec 31 tués, devant l'Asie (26 tués), l'Afrique (18 tués). Le bilan en Europe n'a jamais été aussi lourd depuis dix ans, avec 13 victimes. Deux journalistes ont été tués à la télévision en direct aux Etats-Unis.

La Syrie pays le plus meurtrier en cinq ans

En dix ans, depuis que la PEC a commencé son décompte en 2006, l'ONG a recensé 1177 travailleurs des médias tués, soit en moyenne 118 par an, ou 2,2 tués par semaine. Lors des quatre dernières années, la moyenne est plus élevée avec 536 tués, soit 134 par an, et 2,5 par semaine (128 tués en 2015, 138 en 2014, 129 en 2013, 141 en 2012).

Le bilan de la guerre en Syrie est effroyable pour les travailleurs des médias, avec au moins 86 tués depuis 2011. Ce terrible bilan en Syrie risque encore de s'alourdir: des journalistes restent disparus ou sont détenus, comme l'Américain Austin Tice, et trois Espagnols faits prisonniers en juillet.

Le pays le plus dangereux après la Syrie au cours des cinq dernières années a été le Pakistan, avec 55 tués, en majorité dans les zones tribales proches de la frontière afghane. En troisième position à égalité sur cinq ans se trouvent l'Irak (46 tués) et le Mexique (46 également). La situation au Mexique est particulièrement dramatique en raison de la guerre menée par les trafiquants de drogue et de l'impunité et corruption généralisées.

La Somalie, théâtre d'un conflit prolongé, vient au 5e rang avec 42 tués. Le Brésil suit avec 35 tués, devant les Philippines 34. Au 8e rang vient le Honduras (26 tués en cinq ans), devant l'Inde (25 tués) et la Libye (20 tués).

Ces dix pays concentrent les deux tiers des victimes, soit 415 tués sur les 643 comptabilisés au cours des cinq dernières années. "Les journalistes ne peuvent pas renoncer à faire leur métier en ne se rendant pas dans les zones dangereuses ou en fuyant les combats. La communauté internationale doit enquêter sur ces crimes et lutter avec beaucoup plus de fermeté contre l'impunité", a affirmé Blaise Lempen.

Mobilisation

En 2015, la PEC a présenté onze interventions orales au Conseil des droits de l'homme de l'ONU. Le Prix PEC a été décerné en juin à deux lauréates Dunja Mijatovic, pour son engagement remarquable en faveur de la liberté des médias à l'OSCE, et Liudmyla Zlobina, pour le rôle joué par l'ONG ukrainienne pendant le conflit avec la Russie.

La PEC s'est mobilisée avec succès, avec d'autres ONG, pour la libération de Mazen Darwish, lauréat du prix PEC 2013, des journalistes d'Al Jazeera détenus en Egypte et d'Emin Huseynov en Azerbaïdjan, désormais réfugié politique en Suisse. Elle a également soutenu le journaliste marocain Ali Lmrabet en grève de la faim à Genève.

La PEC a aussi co-organisé l'exposition Anything to Say qui a permis d'exposer pendant cinq jours sur la place des Nations, devant l'ONU, les statues de Assange, Manning et Snowden, symboles de la liberté d'expression, réalisées par l'artiste italien Davide Dormino. Elle a  en outre participé aux célébrations de la Journée de la liberté de la presse et de la Journée internationale contre l'impunité des cirmes commis contre les journalistes.

La PEC a aussi salué le 28 mai l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU de la résolution 2222 sur la protection des journalistes, qui s'ajoute à d'autres résolutions de l'Assemblée générale de l'ONU et du Conseil des droits de l'homme. Ces textes adoptés par consensus fournissent une base solide pour améliorer la sécurité des journalistes, s'ils sont appliqués.

La présidente de la PEC Hedayat Abbel Nabi a affirmé que l'ONG fondée en 2004 va continuer de se mobiliser et de travailler afin de renforcer la protection des journalistes dans les zones de conflit et situations dangereuses.

Liste des victimes, graphiques sur: www.pressemblem.ch

2015-09-28

AG ASJF

ASSOCIATION SUISSE DES JOURNALISTES FRANCOPHONES

Procès-verbal de l’assemblée générale 2015 à Lausanne

C’est au Vieil Ouchy que les membres se sont réunis le 28 août pour l’assemblée générale statutaire 2015, en présence de Jean-Marie Vodoz, président d^honneur.

Le PV de la précédente  édition a été accepté sans discussion avec remerciements à la secrétaire.

Le président Daniel Favre explique le déroulement de la 2e édition de Verbophonie, ses embûches, mais aussi ses succès.Cette manifestation a engendré une grande visibilité à notre association (TV, radio, presse écrite). Si elle est renouvelée, ce ne sera pas avant 2017. Il indique que la préparation de cette  manifestation a été la principale occupation de l’année du comité qu’il profite de remercier. Principale préoccupation: le désintérêt marqué des jeunes pour nos activités.

Il félicite ensuite Jean-Pierre Molliet qui a été nommé vice-président de l’UPF. 

La parution d'un  livre  regroupant bon nombre de fiches Défense du français, représentant les termes galvaudés de notre langue,  se précise. Illustré par Plonk et Replonk, cet ouvrage redonnera vie aux fiches.

Puis Daniel rappelle les événements auxquels  il a insufflé vie depuis 2003,  date de son élection en qualité de président:  du Salon africain durant plusieurs éditions du Salon du Livre de Genève à la création  du Cercle des Journalistes à Cully, en passant par la participation aux mondiaux de Scrabble et à l’exposition des élèves de Bulle représentant leur vision de la Francophonie, sans oublier notre contribution au PEC.

Il rend hommage à la mémoire de Valdo Sartori qui avait incité le comité à lancer la première édition de Verbophonie qu'il avait animée.

Puis c’est au tour du trésorier et des réviseurs des comptes de faire leurs rapports avant que l’assemblée leur donne décharge, puis les accepte à l’unanimité.

Christian Humbert est élu au comité. Il quitte le poste de réviseur.

Jean-Pierre Molliet est, lui,  élu président de l’association. Les réviseurs sont désormais Jean-Claude Gigon et Pierrette Blanc. Roger Juillerat est nommé suppléant.

Jean-Pierre Molliet remercie Daniel  et fait l’éloge de ses douze années de présidence. Il se  déclare prêt à tenir le rôle de coordinateur des activités du comité avec l’aide de ce dernier et souhaite créer divers départements, en désignant des responsables pour chacun d’eux : comité de rédaction d'Alouette, recherche de finances, recrutement de  membres, Rencontres de Neuchâtel, etc. Il précise qu'internet servira d'outil de travail, susceptible de faciliter la collaboration entre les membres des différentes commissions.

Le nouvel élu  lit la lettre que Jean Kouchner a écrite à Daniel pour le remercier au nom de l’UPF internationale de tout ce que le président démissionnaire  a  accompli. Il l’a qualifié de « symbole d’exigence et de droiture qui a contribué au redressement de l ‘UPF ».

Confirmation est donnée que les assises  2015 auront lieu à la fin novembre au Togo et que le secrétarial  mettra sur pied un voyage groupé depuis Paris. C’est Madagascar qui accueillera le Sommet francophone en 2016

Par acclamations,  Daniel est nommé président d’honneur de l’association.

Dans les divers, les membres  décident que la cotisation reste à 80 francs. Mais il sera ajouté  sur la facture une petit phrase incitant chacun à un geste qui contribuera à la bonne marche de  l’ASJF

La secrétaire : Brigitte Rosazza.

 

 

2015-09-05

Un nouveau président pour l'Association suisse des journalistes francophones

                                                                  

 

L'association suisse des journalistes francophones (ASJF) s'est réunie vendredi 28 août à Lausanne. Elle a désigné son nouveau président en la personne de Jean-Pierre Molliet, de Couroux (JU) qui succède à Daniel Favre. Ce dernier a présenté le rapport annuel suivant:

"Et de deux…nous avons réussi à imaginer et à animer une 2e édition de Notre Festival « Verbophonie ». Je dis bien 2e et non seconde, car ce n’est pas la dernière !

La préparation a été longue. Le comité d’organisation a dû se rencontrer à très nombreuses reprises et franchir de gros obstacles. Le soutien de la Ville d’Yverdon-les-Bains et de son service culturel nous a convaincu d’aller de l’avant. En effet, il était prévu que la cérémonie d’ouverture de la Semaine de la langue française et de la Francophonie, associant des ambassadeurs et invités de marque, serait liée à « Verbophonie ». Or, quasiment sans information, les organisateurs ont choisi une ville de Suisse alémanique, Lucerne, pour des raisons de politique linguistique.

Nous avons maintenu notre projet en le redimensionnant. Nous avons choisi les Caves du Château d'Yverdon pour donner une ambiance de « cabaret » complété par les stands des associations liées à notre langue (écrivains publics, défense du français, correcteurs, les portraits de Plans fixes, les amis de la RTS…..). Une magnifique équipe de bénévoles a pu monter et tenir un bar.

Côté artistes : Michel Buhler a fait un tabac, mais également le Jurassien Narcisse, champion de SLAM (invité de la Semaine, par la Délégation à la langue française) et nous avons découvert les talents de « K », de Gil et JEF, LIA, Jo Mettraux, Isabelle Bonnillo, Esmé et la Compagnie du Cachot. Le tout était retransmis en direct sur le site Internet www.voxinox.ch , grâce à l’équipe de Patrick Riganti.

Autre obstacle : la difficulté à trouver des parrainages, donc un financement pour une manifestation dont l’entrée était gratuite.

MAIS, finalement, nous avons réussi à équilibrer les comptes.

Une telle manifestation confère une grande visibilité à l’ASJF. Sans parler des affiches et des milliers de programmes distribués, nous avons eu un énorme appui  du journal La Région nord-vaudois, mais aussi l’honneur d’émissions de la RTS en radio et en TV, de Canal-Alpha, de MAX-TV , ainsi de nombreux articles dans la presse.

Chaque fois,  notre association était mentionnée. Donc un beau coup de pub !

La prochaine édition de Verbophonie pourrait être programmée en 2017 sous une forme simplifiée, se greffant par exemple sur un spectacle payant organisé par des professionnels.

Bientôt un livre

 Le comité ASJF ne s’est réuni qu’à deux reprises : pour féliciter JP Molliet, élu vice président à l’UPF, pour rendre compte d’un séminaire tenu à Annemasse sur l’avenir du français dans les pays frontalier de l’hexagone et au Canada. Nos autres sujets de préoccupation et de satisfaction sont :

- le désintérêt des journalistes et des stagiaires  pour notre association,

- l’avenir  d’ALOUETTE,

- la mise à jour de notre site internet,

- l’accueil au Quotidien jurassien d’une nouvelle stagiaire valdotaine, lauréate d’un concours.

Comme chaque année, j’adresse des remerciements aux membres du comité, particulièrement à Brigitte Rosazza et Michel Dysli pour qui ce fut une année chargée, à J.-P. Molliet toujours très actif et moteur de notre ALOUETTE, à Pierre Boillat et Gorgui pour les deux faces de notre site, à Christian Humbert qui vante nos activités sur Facebook et à André Panchaud pour la qualité des fiches mensuelles « Défense du français ».

A ce propos, j’ai une excellente nouvelle à vous annoncer : le livre reprenant des fiches, illustré par Plonk et Replonk est quasiment terminé. Il nous sera présenté début septembre pour une dernière lecture et devrait être mis en vente dans le courant de l’automne.

2015-08-28

Douze ans de présidence pour Daniel Favre

Retour dans la passé

Cette assemblée générale donne l’ occasion de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur. Vous m’avez élu à la présidence le 10 avril 2003, l’année où décédait notre fondateur Claude Bodinier.

Mon objectif principal consistait à mieux faire connaître notre association en organisant ou en participant à différentes manifestations…Et elles ont été différentes !

Ainsi le Salon du livre a donné naissance en 2004 à un Salon africain. Nous y avons participé chaque année avec une présentation de la presse africaine, par des liaisons téléphoniques avec plusieurs rédactions en Afrique, une exposition consacrées aux multiples langues, à un concours de dessins de presse qui nous a permis de faire venir plusieurs dessinateurs de presse…et j’en oublie.

Au chapitre de la langue, nous vous avons fait rencontrer des rédacteurs et rédactrices du Petit Robert et du Petit Larousse.

Autre approche du français à travers le scrabble qui nous a conduit dans l’organisation d’un concours inter-régional avec notamment l’appui de l’Ambassade du Canada.  Et, dont la finale à Monthey a été un grand succès.

Les Rencontres de Neuchâtel

C’est également à cette époque, il y a une dizaine d’années, que nous nous sommes rendu compte que de nombreuses associations et organisations étaient étroitement liées à notre langue. Chacune travaillant dans son coin. Sous l’impulsion de JP Molliet, nous avons décidé de les réunir. Le gouvernement neuchâtelois nous a ouvert les portes de son château et ainsi naquirent les Rencontres annuelles  de Neuchâtel. En fonction de l’actualité, nous y avons invité la chancelière de la Confédération, les personnes s’occupant du plurilinguisme, les responsables du service de la francophonie à Berne, la délégation à la langue française…José Ribeaud pour animer un débat sur l’enseignement du français outre-Reuss. Chaque année des délégations des grands conseils de SR, représentées souvent par leur président ou présidente sont venues nous rejoindre.

Souvenir encore : l’AG de 2004 le 8 juin a permis d’accueillir Mme Micheline Calmy-Rey, alors ministre des AE.

Il faut également citer notre participation aux Semaines de la Francophonie et de la langue française. Avant « Verbophonie », lors de la 10e en 2005, nous avions collaboré à la distribution dans de nombreux restaurants du pays de napperons en papier présentant divers jeux et concours. Succès de presse pour une exposition réalisée par des gymnasiens du Collège du Sud à Bulle : une vision mondiale et impressionnante de la Francophonie ( exposition que nous avons montée à Epalinges).

Je siège également dans le comité de la PEC, PEC dont nous soutenons les efforts, PEC, une organisation non gouvernementale très active en faveur d’une meilleure protection des journalistes dans les pays en guerre. Deux chiffres : 138 journalistes ont été assassinés l’an dernier et à ce jour, pour 2015, on en est à 80!

Des assises devenues séminaire

A l’occasion du Sommet francophone de Montreux, en 2010, nous avions l’idée d’organiser les Assises de l’UPF. Malheureusement des difficultés d’organisation et de financement nous ont contraints à abandonner ce projet…et (grâce à Jean-Marie Vodoz, président d’honneur) à le remplacer en invitant une vingtaine de journalistes de 16 pays différents. Grâce à leurs regards du Québec, d’Afrique, de Belgique nous avons crée à Cully un « Cercle de journalistes francophones » qui a nourri de nombreux échanges professionnels. Cette initiative a même donné naissance à un poste d’observateur des usages linguistiques auprès des organisations internationales à Genève, dont nous continuons à assurer le financement grâce au site www.francophonu.ch.

Inquiet par la perte de vitesse du français à l’ONU, j’avais déjà mis sur pied en 2008 une conférence de presse, à l’occasion de la publication de la 500e fiches « Défense du français » avece un débat réunissant Gilles Marchand (RTS), de Louis Ruffieux (La Liberté) et de représentants des Nations Unies.

Enfin, dans ce panorama, je ne peux m’empêcher de citer nos amis de la section valdotaine de l’UPF avec qui les contacts tant à Aoste qu’à Genève, à Lausanne, au Château de Chillon, à Yverdon ont été toujours très amicaux.

Vous le constatez la vie de l’association suisse des journalistes a été bien animée durant ces douze dernières années…

Daniel Favre

2015-03-14

Succès de Verbophonie à Yverdon

Succès de Verbophonie au château d’Yverdon

Des belles lettres et des bonnes notes

La langue française était en vedette samedi 14 mars 2015 dans les Caves du château d’Yverdon, qui ont aussi résonné des notes et des paroles de chansons d’une dizaine de chanteurs et de comédiens de Suisse romande lors du festival Verbophonie. Durant toute la journée, un nombreux public s’est pressé aux concerts de Gil et Jef, Lia, K, Jo Mettraux et Esmé, qui ont parfaitement su mettre la langue de Molière à l’honneur. Michel Bühler a récolté un succès tout particulier avec ses chansons qui vont droit au cœur et celles qui sentent si bon le terroir. Comme le Jurassien Narcisse, parrain de la manifestation, dont les textes poétiques font «slamer» l’esprit et posent de nombreuses questions.

Passés maîtres dans l’improvisation directe, la Compagnie du Cachot a bien fait rire l’assistance lors de l’interview de Michel Bühler par Yvan Richardet, alors qu’Isabelle Bonillo a elle aussi jonglé avec les mots dans un autre registre. Mots encore avec les jeux de Jacques Donzel puisés dans la boîte à outils du français et qui ont soulevé beaucoup d’intérêt en faisant même chanter le public. Quant à Maurice Fiaux, il a évoqué tout l’amour qu’il porte à Georges Brassens, auquel il a consacré un ouvrage.

Président de l’Association suisse des journalistes de langue française (ASJLF), Daniel Favre a expliqué lors de la partie officielle les raisons pour lesquelles il faut toujours se battre pour la langue de Molière avant que Nathalie Saugy, municipale préposée à la culture, ne présenté le salut des autorités. Plus de doute, Verbophonie a parfaitement trouvé ses mots et rempli sa mission.

Texte et photos: Roger Juillerat / La Région Nord vaudois

 

 

Alouette

 

©2013 siteweb.ch & c-active.ch